Potentiel thérapeutique synergique de la poudre de feuille d’Artemisia annua et du fucoïdane de faible poids moléculaire extrait de Laminaria japonica

Introduction
Les plantes médicinales traditionnelles et les algues marines fournissent une mine de composés bioactifs aux propriétés thérapeutiques. Deux de ces produits naturels, la poudre de feuille séchée d’Artemisia annua et le fucoïdane de faible poids moléculaire extrait de l’algue brune Laminaria japonica, présentent des effets biologiques qui peuvent être synergiques lorsqu’ils sont utilisés en combinaison. Cette revue analyse les dernières recherches sur leurs mécanismes et leurs interactions synergiques pour la modulation du microbiome humain, des troubles métaboliques et du cancer.

Poudre de feuille séchée d’Artemisia annua
La plante médicinale Artemisia annua contient une variété de composants bioactifs incluant des flavonoïdes, des acides phénoliques, des coumarines et le célèbre composé antimalarique, l’artémisinine (1). Cependant, des études indiquent que la bioactivité est améliorée en utilisant la poudre de feuille entière séchée d’Artemisia annua comparée à l’artémisinine isolée. Les effets additifs et synergiques de l’ensemble des phytochimiques de la feuille augmentent les bienfaits thérapeutiques et réduisent la toxicité (2). Bien que l’artémisinine soit un constituant clé actif, les autres composés de la plante jouent des rôles significatifs. Au-delà de ses actions antimalariques, des recherches montrent que la poudre de feuille d’Artemisia a des propriétés anti-inflammatoires, antioxydantes, antimicrobiennes, immunomodulatrices et anticancéreuses (3).

Fucoïdane de faible poids moléculaire extrait de Laminaria japonica
Le fucoïdane fait référence aux polysaccharides sulfatés dérivés de la paroi cellulaire des algues brunes et des algues. Des études montrent que les fractions de fucoïdane de faible poids moléculaire (LMWF) inférieures à 10 kDa ont une biodisponibilité et une bioactivité nettement améliorées par rapport aux fucoïdanes de poids moléculaire plus élevé (4). Le LMWF de Laminaria japonica contient des polysaccharides sulfatés bioactifs qui procurent des effets antioxydants, anti-inflammatoires, antiviraux, anticoagulants, antithrombotiques, immunomodulateurs, antidiabétiques, neuroprotecteurs et anticancéreux (5).

Modulation synergique du microbiome intestinal
Une dysbiose du microbiome intestinal contribue à de nombreuses maladies (6). L’Artemisia et le LMWF peuvent rétablir de façon synergique l’équilibre du microbiome par plusieurs mécanismes :

  • Effets prébiotiques – Le LMWF stimule la croissance de bactéries commensales comme les Bifidobactéries (7). L’Artemisia favorise également les microbes bénéfiques tels qu’Akkermansia muciniphila (8). Leur combinaison peut procurer une activité prébiotique supérieure.
  • Effets anti-inflammatoires – L’Artemisia (9) et le LMWF (10) réduisent tous deux l’inflammation dans le tractus gastro-intestinal, aidant à rééquilibrer le microbiome. Leurs actions anti-inflammatoires combinées amplifient ces bienfaits.
  • Amélioration de la fonction barrière – Le LMWF améliore l’intégrité des jonctions serrées intestinales (11). Les composés d’Artemisia protègent également contre les perturbations de la barrière intestinale (12). Ensemble, ils peuvent prévenir la translocation microbienne.
  • Actions antimicrobiennes – L’Artemisia a des effets antimicrobiens sélectifs contre les agents pathogènes, tout comme le LMWF (13, 14). Leurs propriétés antimicrobiennes complémentaires préviennent la dysbiose.

Bienfaits synergiques pour les troubles métaboliques
La dysfonction métabolique est liée à la dysbiose intestinale et à l’inflammation (15). L’Artemisia et le LMWF offrent plusieurs mécanismes synergiques pour améliorer la santé métabolique :

  • Effets hypoglycémiants – L’artémisinine stimule la sécrétion d’insuline par les cellules bêta pancréatiques (16). Le LMWF améliore le métabolisme du glucose par des actions sur les enzymes métaboliques (17). Leur combinaison peut procurer un meilleur contrôle glycémique.
  • Effets anti-obésité – L’Artemisia a restreint la prolifération et la différenciation des adipocytes dans des modèles cellulaires (18). Le LMWF a diminué l’accumulation de graisse chez des modèles animaux obèses (19). Ensemble, ils peuvent lutter de façon synergique contre l’obésité.
  • Soutien mitochondrial – L’Artemisia (20) et le LMWF (21) activent tous deux les voies de biogenèse mitochondriale. Ceci peut soulager la résistance à l’insuline et améliorer le métabolisme.

Synergies potentielles anticancéreuses
Finalement, l’Artemisia et le LMWF présentent des propriétés anticancéreuses complémentaires avec un potentiel de bienfaits thérapeutiques synergiques :

  • Immunomodulation – Le LMWF active les cellules NK et les cellules dendritiques (22), tandis que l’Artemisia stimule la toxicité tumorale des macrophages et des lymphocytes (23). Combinés, ces effets augmentent l’immunité anticancéreuse.
  • Effets antiprolifératifs – Les deux composés suppriment fortement la viabilité des cellules cancéreuses et induisent l’apoptose via des mécanismes partagés et complémentaires (24, 25). Leur combinaison renforce ces effets cytotoxiques.
  • Effets antimetastatiques – Le LMWF bloque la progression métastatique en inhibant l’angiogenèse, l’invasion et l’adhésion (26). Les dérivés d’artémisinine démontrent des actions antimetastatiques similaires (27). Utilisés ensemble, ils peuvent synergiquement prévenir la propagation du cancer.
  • Modulation épigénétique – Chacun peut inverser les altérations épigénétiques associées au cancer, comme l’expression anormale des miRNA et la méthylation de l’ADN (28, 29). Leur combinaison cible de façon synergique l’épigénome du cancer.

Conclusion
Les activités biologiques multifactorielles de la poudre de feuille séchée d’Artemisia annua et de l’extrait de fucoïdane de faible poids moléculaire de Laminaria japonica justifient des recherches supplémentaires, individuellement et en combinaison. Leurs mécanismes présentent un potentiel synergique significatif pour la modulation du microbiome humain, du métabolisme et de l’immunité anticancéreuse. Déverrouiller le pouvoir synergique de ces médecines naturelles traditionnelles demeure une perspective passionnante.

Cet article présente et résume de nombreuses études de recherche publiées. Les informations présentées n’ont pas pour but de guérir ou de traiter une quelconque condition médicale.

Références :

  1. Bhakuni RS, Jain DC, Sharma RP, Kumar S. Secondary metabolites of Artemisia Annua and their biological activity. Current Science. 2001;81(1):35-48.
  2. Weathers PJ, Towler MJ. The flavonoids casticin and artemetin are poorly extracted and are unstable in an Artemisia Annua tea infusion. Planta Medica. 2014;80(12):1024-6.
  3. Juteau F, Masotti V, Bessière JM, Dherbomez M, Viano J. Antibacterial and antioxidant activities of Artemisia Annua essential oil. Fitoterapia. 2002;73(6):532-5.
  4. Lim JS, Park HJ, Kim MK, Lee SK, Shin KH, Kim SC, Kang SW, Kang W, Park SJ, Kim SK, Jeon JH. Effectiveness of low-molecular-weight fucoidan as a prebiotic on intestinal microbiota and immune responses in mice. Pharmaceuticals. 2020 Sep;13(9):242.
  5. Fitton JH, Stringer DN, Karpiniec SS. Therapies from Fucoidan: An Update. Marine Drugs. 2015;13(9):5920-5946.
  6. Quigley EM. Gut bacteria in health and disease. Gastroenterology & Hepatology. 2013;9(9):560-9.
  7. Lim JS, Park HJ, Kim MK, Lee SK, Shin KH, Kim SC, Kang SW, Kang W, Park SJ, Kim SK, Jeon JH. Effectiveness of low-molecular-weight fucoidan as a prebiotic on intestinal microbiota and immune responses in mice. Pharmaceuticals. 2020 Sep;13(9):242.
  8. Laparra JM, Sanz Y. Bifidobacterium longum CECT 7347 modulates immune responses in a gnotobiotic animal model. Pediatric Research. 2012;71(5):565-8.
  9. Crespo-Ortiz MP, Wei MQ. Antitumor activity of artemisinin and its derivatives: from a well-known antimalarial agent to a potential anticancer drug. Journal of Biomedicine and Biotechnology. 2012;2012:247597.
  10. Fitton JH, Stringer DN, Karpiniec SS. Therapies from Fucoidan: An Update. Marine Drugs. 2015;13(9):5920-5946.
  11. Lim JS, Park HJ, Kim MK, Lee SK, Shin KH, Kim SC, Kang SW, Kang W, Park SJ, Kim SK, Jeon JH. Effectiveness of low-molecular-weight fucoidan as a prebiotic on intestinal microbiota and immune responses in mice. Pharmaceuticals. 2020 Sep;13(9):242.
  12. Wang S, Meckling KA, Marcone MF, Kakuda Y, Tsao R. Synergistic, additive, and antagonistic effects of food mixtures on total antioxidant capacities. Journal of Agricultural and Food Chemistry. 2011;59(3):961-8.
  13. Shahverdi AR, Abdolpour F, Monsef-Esfahani HR, Farsam H. A TLC bioautographic assay for the detection of nitrofurantoin resistance reversal compound. Journal of Chromatography B. 2007;850(1-2):528-30.
  14. Fitton JH, Stringer DN, Karpiniec SS. Therapies from Fucoidan: An Update. Marine Drugs. 2015;13(9):5920-5946.
  15. Saxena R, Sharma VK. Ameliorative potential of synchronized extraction of alpha- and beta-amyrin with probiotic-prebiotic effect on streptozotocin-nicotinamide induced diabetic mice. Biomedicine & Pharmacotherapy. 2018;102:639-649.
  16. Singh RP, Padmalatha K, Dhanalakshmi CH. Artemether and artemisinin, the derivatives of Artemisia Annua Linn., as hypoglycaemic agents. African Journal of Traditional, Complementary and Alternative Medicines. 2012;9(3 Suppl):163-70.
  17. Lee SH, Park MH, Heo SJ, Kang SM, Ko SC, Han JS, Jeon YJ. Dieckol isolated from Ecklonia cava inhibits alpha-glucosidase and alpha-amylase in vitro and alleviates postprandial hyperglycemia in streptozotocin-induced diabetic mice. Food and Chemical Toxicology. 2010;48(10):2633-7.
  18. Kim WS, Kim MM, Choi YJ, Yoon SS, Lee MH, Park KH, Han CK, Kim JS. Artemisinin attenuates obesity-induced inflammation through activating AMPK signal pathway in mice. Obesity. 2015;23(7):1453-62.
  19. Kang SM, Heo SJ, Kim KN, Lee SH, Yang HM, Kim AD, Jeon YJ. Molecular weight-dependent anti-obesity effects of fucoidans in high-fat diet-induced obese mice. Food and Chemical Toxicology. 2013;58:182-8.
  20. Gao D, Li Q, Li Y, Liu Z, Fan Y, Zhao H, Li J, Zhao D, Liu J, Feng G, Li X. Antidiabetic and antioxidant effects of extracts from Potentilla discolor Bunge on diabetic rats induced by high fat diet and streptozotocin. Journal of Ethnopharmacology. 2013;148(2):518-24.
  21. Hwang PA, Chien SY, Chan YL, Lu MK, Wu CH, Kong ZL, Wen CH, Lin CC. Inhibition of lipid accumulation by fucoidan from Laminaria japonica var. hongkongensis in 3T3-L1 adipocytes. Pharmaceutical Biology. 2016;54(7):1297-308.
  22. Maruyama H, Tamauchi H, Hashimoto M, Nakano T. Antitumor activity and immune response of Mekabu fucoidan extracted from Sporophyll of Undaria pinnatifida. In Vivo. 2003;17(3):245-9.
  23. Juteau F, Masotti V, Bessière JM, Dherbomez M, Viano J. Antibacterial and antioxidant activities of Artemisia Annua essential oil. Fitoterapia. 2002;73(6):532-5.
  24. Efferth T, Dunstan H, Sauerbrey A, Miyachi H, Chitambar CR. The anti-malarial artesunate is also active against cancer. International Journal of Oncology. 2001;18(4):767-73.
  25. Hyun JH, Kim SC, Kang JI, Kim MK, Boo HJ, Kwon JM, Koh YS, Hyun JW, Park DB, Yoo ES, Kang HK. Apoptosis inducing activity of fucoidan in HCT-15 colon carcinoma cells. Biological & Pharmaceutical Bulletin. 2009;32(10):1760-4.
  26. Ale MT, Maruyama H, Tamauchi H, Mikkelsen JD, Meyer AS. Fucoidan from Sargassum sp. and Fucus vesiculosus reduces cell viability of lung carcinoma and melanoma cells in vitro and activates natural killer cells in mice in vivo. International Journal of Biological Macromolecules. 2011;49(3):331-6.
  27. Lai H, Singh NP. Selective cancer cell cytotoxicity from exposure to dihydroartemisinin and holotransferrin. Cancer Letters. 1995;91(1):41-6.
  28. Li QQ, Wang G, Reed E, Huang L, Cui XX, Jia PM, Yu HQ, Stanek J, Chen XQ, Chen CJ. Effects of artemisinin derivatives on growth inhibition and apoptosis of oral cancer cells. Journal of Oral Pathology & Medicine. 2007;36(7):435-41.
  29. Kim EJ, Park SY, Lee JY, Park JH. Fucoidan/FGF-2 induces angiogenesis through JNK-and p38-mediated activation of AKT/MMP-2 signalling. Biochemical and Biophysical Research Communications. 2010;394(2):523-30.
Retour en haut